UN ENTRETIEN AVEC L'EXPERT: ENGIN GUL , DIRECTEUR DE L'EXPLOITATION,
RECHERCHES CLINIQUES, RRMC

 
Myélome Canada : Monsieur Gul, pourquoi avoir choisi Myélome Canada et le Réseau de recherche de Myélome Canada?  
 
Engin Gul : Pendant plus de 9 années, j'ai assumé la gestion des opérations de recherches cliniques sur le myélome multiple sur le plan national et international.
Avant d'entrer au RRMC, j'occupais le poste de directeur de projets principal au Multiple Myeloma Research Consortium (MMRC), au Centre de cancérologie Princess Margaret . Dans le cadre de ces fonctions, j'ai acquis des connaissances uniques en ce qui a trait aux opérations de recherches cliniques pour un organisme de recherche sans but lucratif et les nombreux partenaires pharmaceutiques et les établissements de recherche avec lesquels ce dernier collabore. Lorsque le Réseau de recherche de Myélome Canada a officiellement été lancé, j'étais plus que ravi de m'intégrer à l'équipe afin de partager les connaissances et l'expérience acquises sur le plan national. 
 

MC : Quels types d'essais cliniques le RRMC mènent-ils?
 
EG : Le Réseau de recherche de Myélome Canada concentre actuellement ses efforts sur les essais cliniques de Phase I et de Phase II.
Les essais cliniques sont des études de recherches faisant intervenir des personnes et, conséquemment, tous les essais cliniques doivent être examinés par Santé Canada qui valide l'innocuité des médicaments. De plus, les essais cliniques doivent être approuvés par les comités de déontologie de tous les hôpitaux participants. Ces processus d'évaluation visent à assurer la sécurité des participants. Seules les études qui satisfont à toutes les étapes du processus d'autorisation rigoureux sont autorisées à recruter des patients. Afin de répondre à cette question, il s'impose d'abord de définir les quatre phases de l'essai clinique :

Phase I 
 
« Quel est le mode d'administration du nouveau médicament le plus approprié et sécuritaire ? » Dans l'essai clinique de phase I, le médicament est testé sur un petit groupe de volontaires. Le test sert à déterminer la dose maximale tolérée pour un nouveau médicament 
Phase II  
« Les patients d'un groupe sélectionné répondent-ils bien au nouveau médicament ? » Un essai clinique de phase II fait intervenir un plus grand nombre de volontaires que lors de l'essai clinique de phase I. Les sujets sont normalement choisis en fonction du type et du stade de cancer. L'objectif consiste à évaluer l'efficacité de la nouvelle thérapie dans le traitement de la maladie chez certains types de patients. Cet essai se penche également sur les effets secondaires potentiels.
Phase III  
Seuls les médicaments efficaces, dont l'innocuité et les effets secondaires tolérables ont été validés, peuvent être soumis dans le cadre de l'essai clinique de phase III. Il s'agit d'un essai clinique conçu afin de comparer des « traitements courants » avec le nouveau traitement. Le médicament est administré à un groupe de sujets encore plus grand, soit à des centaines, voire même à des milliers de patients, dans des centres de cancérologie à l'échelle mondiale. 
Phase IV
L'essai clinique de phase IV, parfois aussi appelé « évaluation après commercialisation », consiste à étudier les médicaments ayant déjà été autorisés et dont l'utilisation est largement répandue.
 
 
MC : Décrivez-nous le premier essai clinique dirigé par le RRMC?

E : L'essai RRMC 001 ou le « BuMel », dirigé par Dre Donna Reece du Centre de cancérologie Princess Margaret, a été conçu afin d'évaluer les diverses stratégies pouvant contribuer à l'amélioration des résultats chez les patients atteints d'un myélome récemment diagnostiqué qui sont soumis à un traitement de chimiothérapie à fortes doses (« greffe autologue de cellules souches » ou « GACS »).
 
Certaines stratégies ont été proposées afin d'améliorer les résultats des GACS. Les trois principales stratégies visent à intégrer de nouveaux agents au schéma d'induction, à recourir à un traitement d'entretien post greffe et, enfin, à améliorer les schémas de conditionnement.


MC : En quoi consiste cette étude?

EG  : Le protocole de l'essai clinique suggère l'administration d'un traitement d'induction par un nouvel agent (le bortézomib) suivi d'un traitement avec ajustement de la dose à la hausse par le busulfan et le melphalan comme schéma de conditionnement (comparativement à la forte dose standard de melphalan comme schéma) et, enfin, un traitement d'entretien par le lénalidomide postgreffe jusqu'à ce que la maladie progresse. L'essai propose également d'utiliser l'analyse de la maladie résiduelle imperceptible (MRI) afin d'évaluer plus adéquatement le taux de réponse en corrélation avec une composante issue de l'analyse génétique d'échantillons de tissus.
 
L'essai a été amorcé en 2013, dans 9 centres à l'échelle du Canada (voir la liste ci-dessous), avec l'équipe de Calgary, dirigée par Dr Nizar Bahlis et Dre Paola Neri, responsable des composantes génétiques. Dans le cadre de l'essai, pour lequel la période de recrutement se terminera dans les semaines à venir, 76 patients ont été recrutés sur les 78 qui avaient été prévus.

Il est primordial de préciser que le délai requis pour l'aboutissement d'un essai passe d'abord par l'idée proposée, la fin de la période de recrutement et, finalement, la publication des résultats définitifs. Dans le cas du RRMC 001, le protocole de l'essai a d'abord été présenté il y a cinq ans et le recrutement de patients a commencé il y a trois ans. Des données provisoires ont certes été présentées dans le cadre de conférences scientifiques, comme l'ASH, toutefois les données définitives ne seront présentées que dans quelques années. Pour l'avenir, nous avons comme objectif de diminuer le temps requis pour l'élaboration d'un protocole et la période de recrutement.
 
Le coût des essais est très onéreux et s'élève normalement à des millions de dollars. Cet essai a été rendu possible, d'une part, grâce au soutien financier accordé par Otsuka et Celgene; d'autre part, grâce au soutien de la Southern Alberta Myeloma Patient Society (SAMPS) pour les analyses génétiques; ainsi qu'à la contribution de Myélome Canada en ce qui a trait aux exigences logistiques dans le cadre de l'analyse de la MRI et des composantes génétiques.

Centres participants :
  • Alberta
    • Cross Cancer institute, Edmonton
  • Colombie-Britannique
    • Vancouver General Hospital, Vancouver
  • Nouveau Brunswick
    • Hôpital régional de Saint John, Saint John
  • Nouvelle-Écosse
    • Queen Elizabeth II Health Sciences Centre, Halifax
  • Ontario
    • London Regional Cancer Program, London
    • L'Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa, Ottawa
    • Centre de cancérologie Princess Margaret, Toronto
  • Québec
    • Hôpital Maisonneuve-Rosemont, Montréal
    • Hôpital Royal Victoria Hospital/ Centre universitaire de santé McGill, Montréal
  • Saskatchewan
    • Saskatoon Cancer Center, Saskatoon

MC : Quels essais cliniques du RRMC sont actuellement en recrutement et quelles sont les perspectives?
 
EG: Outre l'essai RRMC001, dont la période de recrutement tire à sa fin, deux autres essais sont en cours. 

RRMC002 (STOMP)
Cet essai clinique, dirigé par le Dr Nizar Bahlis, de Calgary, et Dre Christine Chen, de Toronto, consiste en l'évaluation d'une nouvelle molécule prometteuse, le selinexor ou KPT-330, un composé SINEMC, aux mécanismes d'action nouveaux, développé par Karyopharm Therapeutics, à Boston. L'essai combine le selinexor
avec la dexaméthasone ainsi qu'un traitement à la colonne vertébrale : chez des patients atteints d'un myélome récidivant ou réfractaire utilisant le bortézomib, le lénalidomide ou le pomalidomide. Par l'entremise du RRMC, en collaboration avec Karyopharm, le Canada joue un rôle de premier plan à l'échelle mondiale dans le développement de selinexor, ce qui assurera aux patients canadiens un accès précoce à cette nouvelle molécule prometteuse. Au total, 15 centres à l'échelle du Canada participent à l'essai (voir ci-dessous). L'essai qui prévoit le recrutement de 201 patients compte actuellement 38 patients inscrits.

Centre participants: 
  • Alberta
    • Southern Alberta Cancer Research Institute, Calgary
    • Cross Cancer Institute, Edmonton
  • Colombie-Britannique
    • Vancouver General Hospital, Vancouver
  • Manitoba
    • CancerCare Manitoba, Winnipeg
  • Terre-Neuve et Labrador
    • Memorial Hospital of Newfoudland, St John's
  • Nouvelle-Écosse
    • Queen Elizabteh II Health Sciences Centre, Halifax
  • Ontario
    • Centre de cancérologie Juravinski /Hamilton Health Sciences, Hamilton
    • L'Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa, Ottawa
    • Centre de cancérologie Princess Margaret, Toronto
    • University of Windsor/Windsor Regional Hospital, Windsor
  • Québec
    • Hôpital Maisonneuve-Rosemont, Montréal
    • Hôpital Royal Victoria Hospital/ Centre universitaire de santé McGill, Montréal
    • L'Hôtel-Dieu de Québec, ville de Québec
  • Saskatchewan
    • Saskatchewan Cancer Agency - Allan Blair Cancer Center, Régina
    • Saskatchewan Cancer center, Saskatoon
RRMC003 (KCd)
L'essai KCd (Kyprolis + Cyclophosphamide + dexaméthasone) dirigé par le Dr Andrew Belch et le Dr Christopher Venner d'Edmonton, évalue l'efficacité d'un régime prévoyant l'administration de carfilzomib (Kyprolis) à forte dose, sur une base hebdomadaire, en association avec le cyclophosphamide et la dexaméthasone à faible dose dans le traitement de patients atteints d'un myélome récidivant ayant reçu un à trois traitements. Présentement, le carfilzomib est administré à raison de deux fois par semaine; une posologie d'une dose par semaine s'avère pratique pour le patient en plus d'être plus économique.

Le RRMC s'est associé au Groupe canadien des essais sur le cancer (CCEC), un organisme de recherche sur le cancer de réputation internationale implanté à l'Université Queen's à Kingston, dans le but de soutenir le déploiement national de l'essai. Amorcé il y a à peine quelques semaines, l'essai compte cependant déjà trois patients inscrits sur les 76 prévus au total.

Participating sites:
  • Alberta
    • Southern Alberta Cancer Research Institute, Calgary
    • Cross Cancer Institute, Edmonton
  • Nouveau-Brunswick
    • Hôpital régional de Saint John, Saint John
  • Nouvelle-Écosse
    • Queen Elizabeth II Health Sciences Centre, Halifax
  • Ontario
    • Cancer Centre of Southeastern Ontario, Kingston
    • L'Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa, Ottawa, Ottawa
    • Centre de cancérologie Princess Margaret, Toronto
  • Québec
    • Hôpital Maisonneuve-Rosemont, Montréal
    • L'Hôtel-Dieu de Québec, ville de Québec
  • Saskatchewan
    • Saskatchewan Cancer Centre, Saskatoon
Prochains essais
Actuellement au pays, il y a trois autres essais du RRMC à différentes étapes de développement : le RRMC 004 (Dr Michael Sebag, Montréal); le RRMC 005 (Dr Victor Zepeda, Calgary) et le RRMC 006 (Dr Vishal Kukreti, Toronto). Chacun de ces essais sera centré sur l'approche prometteuse de l'immuno-oncologie et servira à évaluer de nouvelles approches dans le traitement du myélome.

 
Nous remercions Monsieur Gul d'avoir partagé ces précieux renseignements. Afin d'obtenir de plus amples renseignements ou pour toute question, vous pouvez joindre monsieur Gul à l'adresse suivante :
 
egul@myeloma.ca
 
 
Suivez-nous sur nos sites des médias sociaux:

  Facebook    Twitter    LinkedIn