237 morts, 1 250 blessés et 7 installations médicales détruites en seulement 4 jours en Syrie 
Paris, le 10/02/2018 - Sept installations médicales ont été attaquées ces quatre derniers jours en Syrie, laissant toute une population sans accès à des soins vitaux dont pourtant elle a tant besoin.  
Le 8 février à 9h50 (heure locale), le centre de santé primaire de Mishmeshan à Idleb a été attaqué et détruit. Six personnes ont été tuées et quatre Casques Blancs ont été blessés, ainsi que plusieurs autres personnes qui se trouvaient dans l’établissement au moment de l'attaque.

Dans la même journée, à 20h (heure locale), l'hôpital Al Rahma de Khan Cheikhoun a été attaqué et lui aussi complètement détruit. Un membre du personnel médical a été tué et plusieurs autres ont été blessés.

Toujours le 8 février, le centre des Casques blancs à Khan Cheikhoun a été ciblé. Trois d’entre eux ont été tués et 4 autres blessés. 

Le 7 février, l'hôpital obstétrique de Douma, dans la Ghouta orientale, a été la cible de frappes aériennes qui ont causé de graves dommages et la mort d'un employé de l’hôpital. 
Le 6 février à 11 heures (heure locale), le centre de santé mentale « Save a Soul » à la Ghouta orientale a été touché par plusieurs tirs. Au même moment, un centre de santé primaire lui aussi appartenant à « Save a Soul » était attaqué. Deux membres du personnel et deux patients ont été blessés. Le centre avait permis d’apporter des soins de santé à 20 400 patients.

Le 6 février également, une clinique dentaire située dans le centre de santé primaire Albara dans la Ghouta orientale a été prise pour cible et détruite.

Depuis le début de l’année 2018, on ne compte pas moins de 35 attaques visant des installations médicales et leurs personnels. Des milliers de personnes, dont certaines en très grande vulnérabilité, ont peu ou plus accès à des soins médicaux. Beaucoup de ces installations se trouvent pourtant dans les zones dites de « désescalade », sur lesquelles pleuvent quotidiennement des bombardements dévastateurs. En seulement quatre jours, 237 civils ont été tués et 1 250 autres blessés.

« Je suis écœuré par ces attaques incessantes qui visent délibérément des civils et des hôpitaux : comment le fait de tuer 237 civils et d’en blesser plus de 1 250 autres en quatre jours est-il justifiable ? Nos hôpitaux et nos établissements médicaux sont touchés par des frappes dévastatrices. Les blessés n'ont nulle part où aller et meurent à même les rues et dans leurs maisons sans pouvoir être soignés. Bombarder des civils constitue un crime de guerre. Cela doit cesser ! Les civils ne sont pas des cibles. Les hôpitaux ne sont pas des cibles. » Dr. Ziad Alissa, Président de l’UOSSM France
L’UOSSM, Union des Organisations de Secours et Soins Médicaux est une organisation humanitaire médicale française et internationale dont la mission est d’apporter secours et soins médicaux aux populations affectées par le conflit en Syrie, sans aucune considération pour leur nationalité, leur origine ethnique, leur sexe, leur religion ou leur affiliation politique. Crée en 2012, l’UOSSM a déployé son action autour de cinq programmes majeurs en Syrie pour accompagner et soutenir le personnel soignant, les victimes civiles et les malades au quotidien : la construction et le soutien d’hôpitaux, la mise en place de centres de soins primaires, de centres de soutien psychologique et de santé mentale, la formation du personnel médical et la recherche médicale. L’UOSSM soutient plus de 120 hôpitaux et plus de 200 centres de santé à travers toute la Syrie. 
Contact Presse :
Jehan Lazrak-Toub, responsable de communication 
07 88 38 95 97
09 77 19 77 51
responsable.communication@uossm.fr