Plusieurs bombardements aériens visent la place du marché à Idleb en Syrie, causant la mort d'au moins 37 personnes

Paris, le 22 juillet 2019 - Plusieurs bombardements aériens visent la place du marché à Idleb en Syrie, causant la mort d'au moins 37 personnes. Plusieurs bombardements aériens ont ciblé la place du marché très animée de Maarat Al Nouman, dans la province d'Idleb, de 8h36 à 9h du matin heure locale, tuant au moins 37 personnes, dont la plupart sont des femmes et des enfants. Un volontaire des casques blancs se trouve parmi les victimes, alors qu'il travaillait pour venir en aide aux victimes de la première offensive. Le nombre de victimes risque d'augmenter dans la mesure où les corps sont toujours en train d'être sortis des décombres.
73 personnes ont déjà été tuées et plus de 110 ont été blessées ces deux derniers jours dans le Nord-Ouest de la Syrie, alors que les bombardements continuent. Parmi ceux qui ont été tués figuraient deux Casques Blancs ainsi qu'un garde de l'hôpital.Les bombardements continuent de faire des ravages sur la vie des 3,5 millions de civils vivant dans la province d'Idleb.
Depuis le 28 avril, 637 personnes ont perdu la vie et pas moins de 1497 personnes ont été blessées, parmi ces personnes, 22 humanitaires ont été tués et 29 ont été blessés.  37 infrastructures médicales ont été ciblées et il est estimé que le nombre de déplacés internes a atteint un demi-million. La plupart des déplacés sont des femmes et des enfants qui n'ont nulle part où aller. La situation est grave et continue d'empirer tous les jours. De plus, 8 infrastructures de distribution d'eau ont été endommagées dans le nord-ouest de la Syrie, selon l'UNICEF. L'UOSSM condamne ces attaques sur les zones civiles et appelle la communauté internationale à y mettre un terme.
Dr Ziad Alissa, président de l'UOSSM a déclaré : "les images et les vidéos provenant de Maarat Al Nouman ces deux derniers jours m'ont profondément choqué. C'est douloureux de voir de jeunes enfants tués ou blessés, souffrant atrocement. Quand est-ce que la communauté internationale va y mettre un terme ? Au cours des trois derniers mois, au moins 637 ont été tuées. Ils étaient juste des êtres humains, comme nous, ils ressentent la douleur, ont des familles et des êtres aimés tout autant que nous. Le monde continue de fermer les yeux sur ces atrocités et sur ces crimes de guerre."
Contact Presse :
Jehan Lazrak-Toub, responsable de communication 
07 88 38 95 97
j.lazraktoub@uossm.fr