Newsletter | Bulletin
Fall 2021 | Automne 2021
Message from the President | Mot de la présidente
It is with a tinge of sadness but also much hope that I write my last Message from the President, as my two-year tenure comes to a close this month. I am grateful for the opportunity given to me to lead this great organisation —a mainstay of the international law landscape in Canada—and to have worked with the group of dedicated volunteers who constitute the CCIL Board of Directors. Of course, I would have preferred to have closer contact with our 300 or so members during recent times, but I am comforted by your continued commitment to CCIL and I remain hopeful for what the future holds, including a grand celebration of the 50th anniversary of CCIL’s creation in 2022! Finally (writing these words on Thanksgiving weekend!), I am also grateful for the work of the Intertask staff, who act as the CCIL Secretariat, that do much behind the scenes for which they deserve to be thanked publicly.

As you read these lines, less than a week is left before our exciting 2021 virtual annual conference, to take place on October 20-22. I encourage you to attend, as it is still time to register! See more inside. I take this opportunity to thank the organising committee composed of David Kyffin of GAC and Professors Nicolas Lamp and Elizabeth Whitsitt who have done a fantastic job!

The CCIL is honored to announce the recipient of the 2021 Read Medal: Judge Kimberly Prost, of the International Criminal Court. Read inside for a short description of her significant contributions to the development, application and interpretation of international law.

I am also thrilled to announce this year’s winners of the CCIL Scholarly Paper Award, Penelope Simons & Melisa Handl, for their article entitled “Relations of Ruling: A Feminist Critique of the United Nations Guiding Principles on Business and Human Rights and Violence against Women in the Context of Resource Extraction”.

You will be able to read about more exciting announcements and news enclosed!

Finally, on a sadder note, the Newsletter includes a touching tribute to one of Canada’s leading international law figures: Alan Willis, who passed away in August 2021. I am grateful to his friends for sharing their memories with the CCIL community.

As always – happy reading. It has been an honor.

Céline Lévesque
CCIL President
C’est avec une pointe de tristesse, mais aussi beaucoup d’espoir, que j’écris mon dernier mot de la présidente, puisque mon mandat de deux ans prendra fin ce mois-ci. Je suis reconnaissante de l’occasion qui m’a été donnée de diriger cette importante organisation — un pilier du paysage du droit international au Canada — et d’avoir travaillé avec le groupe de bénévoles dévoués qui constituent le conseil d’administration du CCDI. Bien sûr, j’aurais préféré avoir des contacts plus étroits avec nos quelque 300 membres ces derniers temps, mais je suis réconfortée par votre engagement continu envers le CCDI et je garde espoir en ce que l’avenir nous réserve, et notamment la grande célébration du 50e anniversaire de la création du CCDI en 2022! Enfin, je tiens à remercier également le personnel d’Intertask, qui fait office de secrétariat du CCDI, dont l’immense travail en coulisses mérite d’être salué publiquement.

Au moment où vous lisez ces lignes, il reste moins d’une semaine avant notre passionnant congrès annuel virtuel de 2021, qui aura lieu du 20 au 22 octobre. Je vous encourage à y participer, car il est encore temps de vous inscrire. Vous trouverez de plus amples détails dans ces pages. Je profite de cette occasion pour remercier le comité organisateur composé de David Kyffin d’Affaires mondiales Canada et des professeurs Nicolas Lamp et Elizabeth Whitsitt, qui ont fait un travail fantastique.

Le CCDI a l’honneur d’annoncer que la juge Kimberly Prost, de la Cour pénale internationale, est la lauréate de la médaille Read de 2021. Je vous invite à lire l’article qui décrit brièvement ses importantes contributions au développement, à l’application et à l’interprétation du droit international.

Je suis également ravie d’annoncer que les lauréates de cette année du Prix d'essai juridique du CCDI sont Penelope Simons et Melisa Handl pour leur article intitulé « Relations of Ruling: A Feminist Critique of the United Nations Guiding Principles on Business and Human Rights and Violence Against Women in the Context of Resource Extraction ».

Vous pourrez lire d’autres annonces et nouvelles dans ce numéro!

Enfin, sur une note plus triste, ce bulletin rend un hommage touchant à l’une des grandes figures du droit international au Canada : Alan Willis, qui est décédé en août 2021. Je tiens à remercier ses amis d’avoir partagé leurs souvenirs avec la communauté du CCDI.

Comme toujours, je vous souhaite bonne lecture. Ce fut un honneur.

Céline Lévesque
Présidente du CCDI
CCIL Annual Conference |
Congrès annuel du CCDI
There's still time to register!
Don't miss the Opening Keynote on Wednesday, October 20, 2021 at 10:00 AM (ET)

Plan your 3 days of conference by consulting the online Program which includes more than 20 panels with over 100 speakers.

Participate in the Networking Event on Friday, October 23rd at 12:15 PM (ET) with three topics to choose from.
Il est encore temps de vous inscrire!
Ne manquez pas le discours d’ouverture le mercredi 20 octobre 2021 à 10 h 00 (HE)

Planifiez vos 3 jours de conférence en consultant le programme en ligne qui comprend plus de 20 panels avec plus de 100 conférenciers/ères.

Participez à l’événement de réseautage le vendredi 23 octobre à 12 h 15 (HE) avec trois thèmes au choix.
Keynote Speakers |
Conférencier/ières d'honneur
Adelle Blackett
McGill Law

WED | MERC
20 OCT
Anthea Roberts
Australian National University
Photo: Kym Smith

THURSDAY | JEUDI
21 OCT
Marc-André Blanchard
CDPQ Global |
CDPQ Mondial

FRIDAY | VENDREDI
22 OCT
CCIL Awards and Scholarships |
Prix et bourses du CCDI
John E. Read Medal |
Médaille John E. Read
2021 Recipient | Lauréate de 2021
Judge | Juge
Kimberly Prost
The Canadian Council on International Law (CCIL) is pleased to announce that Judge Kimberly Prost has been selected as the 2021 John E. Read Medal Recipient.

The Read Medal is awarded to Canadians who have made a distinguished contribution to international law and organizations. The John E. Read Medal is awarded by the CCIL to commemorate the life and work of John Erskine Read, Q.C.

The CCIL Awards Committee recognized Judge Prost’s significant contributions to the development, application and interpretation of international law. These contributions stem from her judicial roles at the International Criminal Court and the International Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia, her appointment as the first Ombudsperson for the United Nations Security Council Al Qaida Sanctions Committee and her success in introducing general principles of criminal procedure into the sanctions’ procedures, her contributions to the United Nations Office on Drugs and Crime and the Commonwealth Secretariat, and her service at the Department of Justice.

As a recipient of the Read Medal, Judge Prost will join the esteemed ranks of other notable Canadians, including most recently Hugh Kindred, Armand de Mestral, Valerie Hughes, Stephen J. Toope, and Louise Arbour, to name a few.

About Juge Prost
Kimberly Prost is currently a judge at the International Criminal Court (ICC). After election in December 2017, she was sworn in as a judge in March 2018 for a term of nine years. She is currently President of the Trial Division and is serving on Trial Chamber X in the case of Prosecutor v. Al Hassan (Mali).

Prior to her election as judge of the ICC, Ms. Prost served as Chef de Cabinet for the President of the ICC for two years.

Before joining the ICC, she was appointed in 2010 as the first Ombudsperson for the Security Council Al Qaida Sanctions Committee. In this capacity, she handled over 60 cases in a five-year period. She also succeeded in introducing general principles of fair process and the rule of law, into the highly politicized context of the UN Security Council sanctions procedures. To accomplish this, she engaged with the diplomatic, legal, policy, media and academic spheres to argue for the advancement of institutional policies for fair process and transparency.

In July 2006, after election by the United Nations General Assembly, she was appointed to sit as an ad litem judge of the International Criminal Tribunal for the former Yugoslavia on a multi-accused trial (Popovic et al) related to events at Srebrenica and Zepa. Judge Prost has also worked in a management capacity for the Commonwealth Secretariat in London and the United Nations Office on Drugs and Crime in Vienna.

Earlier in her career, Judge Prost worked for the Canadian Department of Justice for 18 years appearing before all levels of the Canadian courts, including the Supreme Court.

Le Conseil canadien de droit international est heureux d’annoncer que la juge Kimberly Prost a été désignée lauréate de la médaille John E. Read de 2021.

La médaille Read est une reconnaissance prestigieuse décernée par le CCDI à ceux et celles qui ont apporté une contribution extraordinaire au droit international. La médaille John E. Read est décernée par le CCDI pour commémorer la vie et l'œuvre de John Erskine Read.

Le Comité des Prix du CCDI a reconnu les importantes contributions de la juge Prost au développement, à l’application et à l’interprétation du droit international. Les apports de la juge Prost découlent de ses fonctions judiciaires à la Cour pénale internationale et au Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie; de sa nomination comme première titulaire du poste de médiatrice du Comité des sanctions contre Al-Qaida du Conseil de sécurité des Nations Unies et de ses démarches couronnées de succès pour introduire les principes généraux de la procédure pénale dans les procédures de sanctions; de ses contributions à l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime et au Secrétariat du Commonwealth; ainsi que de ses fonctions au ministère de la Justice.

En tant que lauréate de la médaille Read, la juge Prost fait désormais partie du prestigieux groupe d’autres Canadiens remarquables, dont récemment Hugh Kindred, Armand de Mestral, Valerie Hughes, Stephen J. Toope et Louise Arbour, pour n’en nommer que quelques-uns.

À propos la juge Prost
Kimberly Prost est actuellement juge à la Cour pénale internationale (CPI). Après son élection en décembre 2017, elle a prêté serment en tant que juge en mars 2018 pour un mandat de neuf ans. Elle est actuellement Présidente de la Chambre de première instance et siège à la Chambre de première instance X dans l’affaire du Procureur c. Al Hassan (Mali).
Avant de prendre ses fonctions de juge à la CPI, la juge Kimberly Prost était chef de cabinet du Président de la Cour pénale internationale pendant deux ans.

Au début de sa carrière, la juge Prost a travaillé pendant 18 ans au Ministère canadien de la justice, intervenant à tous les niveaux de juridiction au Canada, dont la Cour suprême.

La juge Prost a également occupé des postes d'encadrement au sein du Secrétariat du Commonwealth et de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, mettant en œuvre un large éventail de programmes destinés aux États concernant la coopération internationale, le blanchiment d'argent, la confiscation des biens, la lutte contre le terrorisme, l'application du Statut de Rome, et la lutte contre le crime organisé et la corruption.

La juge Prost a obtenu son diplôme de la faculté de droit de l'Université du Manitoba, assorti d'un prix (médaille d'or).

CCIL Scholarly Paper Award |
Prix d'essai juridique du CCDI
2021 Recipients | Lauréates de 2021
Prof. Penelope Simons
Melisa Handl
“Relations of Ruling: A Feminist Critique of the United Nations Guiding Principles on Business and Human Rights and Violence against Women in the Context of Resource Extraction”.
Penelope Simons, Melisa Handl, UTPress, 2019
The Canadian Council on International Law is pleased to announce Penelope Simons & Melisa Handl as the 2021 recipients of the CCIL Scholarly Paper Award for their co-authored paper entitled: “Relations of Ruling: A Feminist Critique of the United Nations Guiding Principles on Business and Human Rights and Violence against Women in the Context of Resource Extraction”.

This award recognizes the work of Canadian scholars of international law, and specifically scholarly papers that make a substantial contribution to the international law literature.

The paper provides a rigorous and innovative analysis of the United Nations Guiding Principles and is a significant contribution to international law scholarship. The paper engages with two different areas of international law, i.e. feminist approach to international law and international human rights law, and enlightens the debate of a cutting-edge topic in the field, from an innovative theoretical perspective. It also engages critically with the provisions and lacunas of the Guiding Principles. The paper is well written and provides in-depth research and analysis of issues that are both relevant for international law scholarship as well as Canadian law and policy due to its focus on extractive industries.

Penelope Simons is Associate Professor and Vice Dean Research, University of Ottawa, Faculty of Law - Common Law Section.

Melisa Handl is a PhD candidate, University of Ottawa, Faculty of Law
Le Conseil canadien de droit international est heureux d’annoncer que les lauréates de 2021 du Prix d’essai juridique sont Penelope Simons et Melisa Handl pour leur article intitulé « Relations of Ruling: A Feminist Critique of the United Nations Guiding Principles on Business and Human Rights and Violence against Women in the Context of Resource Extraction ».

L'article fait une analyse rigoureuse et innovante des Principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits de l’Homme, énoncés par les Nations Unies, et constitue une contribution importante à la recherche en droit international. Il traite de deux domaines différents du droit international, à savoir l'approche féministe du droit international et le droit international des droits de la personne. De plus, il alimente le débat sur un sujet d’actualité dans ce domaine, en se fondant sur une perspective théorique novatrice. Il aborde également de manière critique les dispositions et les lacunes des Principes directeurs. L'article est bien écrit et fournit une recherche et une analyse approfondies des questions qui sont pertinentes à la fois pour la recherche en droit international et pour le droit et les politiques du Canada, puisque les auteures s’intéressent tout particulièrement aux industries extractives.

Penelope Simons est professeure agrégée et Vice-doyenne à la Recherche, Faculté de droit - Section de common law, Université d'Ottawa.

Melisa Handl est étudiante au doctorat, Faculté de droit, Université d'Ottawa.
John P. Humphrey Fellowship |
Bourse d'études John P. Humphrey
Application for the 2022-2023 Academic Year now Available

The Canadian Council on International Law awards annually up to three John Peters Humphrey Student Fellowships in International Human Rights Law or International Organization.

Eligibility Criteria
Graduating, or graduate students of Canadian law faculties or students studying in Canada at an advanced level in political science (or the equivalent) disciplines are eligible to apply for the Fellowships.

Applicants must be qualified to commence or continue as full-time students in a graduate program in the field of international human rights law or international organizations.

The CCIL will award up to three Fellowships for academic year 2022-2023 to selected, outstanding students to permit them to pursue graduate studies at leading academic institutions in Canada or worldwide.

Each year, at least one fellowship may be set aside for students entering a Masters level program. More generally, priority will be given to students either entering graduate studies or who are near the beginning of those studies.

Visit the CCIL website to download the application.

Deadline to submit:
December 15, 2021
Mises en candidature pour l'année 2022-2023 ouvertes

Le Conseil canadien de droit international octroie chaque année un maximum de trois bourses d'études John Peters Humphrey dans le domaine du droit international des droits de la personne ou des organisations internationales.

Critères d'admissibilité
Les étudiants ou diplômés des facultés de droit canadiennes et les personnes étudiant au Canada dans des disciplines du domaine des sciences politiques (ou l’équivalent) à des cycles supérieurs peuvent poser leur candidature à une bourse d’études.

Les candidats doivent être en mesure de débuter ou de poursuivre un programme d’études de cycles supérieurs à temps plein dans le domaine du droit international des droits de la personne ou des organisations internationales.

Le CCDI décernera jusqu’à trois bourses pour l’année 2022-2023 aux étudiants retenus en raison de leur excellence afin de leur permettre de poursuivre des études de cycles supérieurs dans un établissement universitaire réputé, au Canada ou à l’étranger.

Chaque année, au moins une bourse peut être réservée aux étudiants inscrits à un programme du niveau de la maîtrise. Plus généralement, la priorité sera accordée aux étudiants qui entament des études à un cycle supérieur ou qui s’apprêtent à commencer de telles études.

Visitez le site Web du CCDI pour télécharger le formulaire.

Date limite :
le 15 décembre 2021
Publications | Publications
The Canadian Yearbook of International Law |
Annuaire canadien de droit international
Inaugural recipients of the Charles B Bourne Article Prize

Premiers récipiendaires du Prix d’article Charles B Bourne
The Canadian Yearbook of International Law is pleased to announce that Professors J Anthony VanDuzer and Melanie Mallet of the Faculty of Law (Common Law Section), University of Ottawa, are the inaugural recipients of the Charles B Bourne Article Prize for their article “Indigenous Rights and Trade Obligations: How Does CUSMA’s Indigenous General Exception Apply to Canada?”, published in volume 58 (2020) of the Yearbook.

The Charles B Bourne Prize is awarded from time to time to the author or authors of an article published in The Canadian Yearbook of International Law that makes an outstanding contribution to international law. The prize was established in 2020 in honour of Charles B Bourne, founding editor-in-chief of the Yearbook from 1963 to 1992. The prize comes with an award of CDN$2500 as well as a US$250 voucher for Cambridge University Press publications.

Professor VanDuzer’s and Professor Mallet’s article was judged to make an outstanding contribution to international law due to its expert, insightful and timely treatment, in the Canadian context, of the understudied intersection between international trade and investment law and the rights of Indigenous peoples. The Yearbook offers warm congratulations to Professors VanDuzer and Mallet for this well-deserved recognition of their important work.

More information about the Charles B Bourne Article Prize and The Canadian Yearbook of International Law (including submission instructions for authors) can be found on the Cambridge Journals online platform.
L’Annuaire canadien de droit international se fait un plaisir d'annoncer que les professeurs J Anthony VanDuzer et Melanie Mallet de la Faculté de droit (Section de common law), Université d’Ottawa, sont les premiers récipiendaires du Prix d’article Charles B Bourne pour leur article “Droits autochtones et obligations commerciales internationales: comment l’exception générale autochtone de l’ACÉUM s’applique-t-elle au Canada?”, qui paraît dans le tome 58 (2020) de l’Annuaire.

L’Annuaire canadien de droit international décerne périodiquement le Prix Charles B Bourne à l’auteur ou aux auteurs d’un article publié dans l’Annuaire qui constitue une contribution exceptionnelle au droit international. Le Prix a été institué pour saluer la contribution de Charles B Bourne à titre de rédacteur-en-chef fondateur de l’Annuaire entre 1963 et 1992. Le prix est accompagné d’une bourse de 2500$CDN et d’un bon d’achat de 250$US de Cambridge University Press.

L'article des professeurs VanDuzer et Mallet se voit qualifié de contribution exceptionnelle au droit international en raison de son traitement expert, perspicace et opportun de l'intersection peu étudiée entre le droit international économique et les droits des peuples autochtones dans le contexte canadien. L’Annuaire félicite chaleureusement les professeurs VanDuzer et Mallet pour cette reconnaissance bien méritée de leur travail important.

Veuillez consulter la plateforme électronique de Cambridge Journals pour de plus amples renseignements concernant le Prix d’article Charles B Bourne et l’Annuaire canadien de droit international (y compris des consignes pour la soumission de textes).
In Memoriam |
En souvenir
The CCIL would like to pay tribute to a prominent figure in international law whom we recently lost. On behalf of the CCIL we offer our condolences to family and loved ones.

Le CCDI souhaite rendre hommage à une personnalité du droit international que nous avons récemment perdue. Au nom du CCDI, nous offrons nos condoléances à la famille et aux proches.

Allan Willis, Q.C.
"Remembered for his extraordinary contributions to international law and his compassion for humanity."

«Réputé pour ses extraordinaires contributions au droit international et sa compassion pour l’humanité.»
Submitted by | Soumis par:
Valerie HughesMark Jewett, and/et Donald McRae
Canada has lost one of its most brilliant international law practitioners. Alan Willis, recipient of the CCIL’s Award for Public Sector Lawyer in 2016, passed away on August 18th after a brief illness. You may be forgiven for not knowing this, or even about Alan’s remarkable contributions to international law. Alan wanted no memorial service and instructed family to put only the barest of details in his obituary: nothing about his career, his achievements, his remarkable life. This is quintessential Alan. He was a modest, private person. He was also exceptional.

Alan received his B.A. from McGill University in 1962 and Bachelor of Civil Law from Université Laval, cum laude, in 1966. He joined the federal Department of Justice in 1967, retiring in 1998. For most of his 31-year public service career, Alan specialized in constitutional and international law. Fortunately for Canada and for those of us who worked with him, he continued to work as a free-lance practitioner after his retirement, serving as counsel in international law cases and contributing valued legal advice, even a few weeks before his death.

Alan played a significant role in Canada’s first adversarial case before the International Court of Justice – the Gulf of Maine Maritime Boundary Case against the United States (1984). Although Canada had engaged a team of international law superstars (including Ian Brownlie, Derek Bowett, Prosper Weil, and Gunther Jaenicke) to assist with its case, Alan was a leading architect of Canada’s legal strategy and a primary drafter of Canada’s pleadings. Canada won. Alan played a similar role in Canada’s successful maritime boundary case against France concerning the delimitation of the maritime boundary off Newfoundland and the French islands of St-Pierre and Miquelon (1992). He subsequently acted for Newfoundland and Labrador when it prevailed against Nova Scotia in a maritime boundary arbitration based in international law (2002). Alan also played a leading role pleading for Canada before the International Court of Justice in the Fisheries Jurisdiction Case brought by Spain, in which Spain argued that Canada violated international law when it boarded a Spanish fishing boat on the high seas. Canada successfully contested the Court’s jurisdiction (1998). Alan was also a lead advocate for Canada in the International Court of Justice case on the Legality of Use of Force Case concerning alleged breaches of the Genocide Convention brought by Serbia and Montenegro against Canada and nine other NATO members. Canada and its NATO allies argued that the Court lacked jurisdiction and the Court agreed (2004). Looking at his record, Alan would have appreciated the comparison to his batting one thousand – he was passionate about baseball!

Alan also made his mark in international trade law. It was rare in the GATT days for lawyers to be consulted in connection with Canada’s GATT disputes. Trade policy experts jealously guarded their territory. However, Alan’s superb analytical skills proved indispensable in a GATT challenge of an Ontario sales tax measure. South Africa claimed that Ontario’s exemption from its 7% provincial sales tax of Maple Leaf gold coins struck by the Canadian Mint violated Canada’s GATT obligations because it discriminated against the Krugerrand gold coin produced in South Africa (1985), which did not enjoy the tax exemption. Drawing on his deep constitutional law expertise, Alan crafted a compelling defence based on federal-provincial competence. Alan also brought his prodigious legal skills to bear in a number of other trade cases brought under the NAFTA state-to-state dispute settlement provisions (the Supply Management Case, concerning the application of customs duties for certain agricultural goods, 1996) and the NAFTA investor-State dispute settlement mechanism (UPS v. Canada, concerning alleged anti-competitive and discriminatory practices of Canada Post, 2007). In fact, it was a rare international law case when Alan was not called upon to provide advice and advocacy skills.

Though we focus here on Alan’s contributions to international law, we would be remiss if we did not make brief mention of Alan’s contributions to Canadian constitutional law. Two examples should suffice: his work on the Alberta Stabilization Arbitration under the Federal-Provincial Fiscal Arrangements Act, and recent work on the jurisprudential foundations of section 35 of the Constitution Act 1982, based on his magisterial 1985 treatise, give further testimony to his broad and profound intellectual range.

Alan’s life away from law was equally multifaceted and friends were always discovering something unexpected. While friends knew of his appreciation for opera and that he travelled to New York four weekends in a row to take in Wagner’s Der Ring des Nibelungen, and may even have had the privilege of hearing (but barely genuinely appreciating) his learned analysis of a particular performance of Janáček's The Cunning Little Vixen, there was considerable surprise when on a road trip from Montreal Alan pointed to a venue where, as a teenager, he had spent every Friday night listening to country and western music. His friends were aware of his exotic travel destinations -- trekking in the Himalayas and the Haraz mountains in Yemen, and later his scuba diving adventures in the Philippines. We had great sympathy for his beleaguered travel agent. Alan did not accumulate loyalty points in fancy hotels. He stayed with families he befriended – typical, we thought, as Alan was not known for extravagances. We only found out later that he bought the family a much-needed fishing boat.

Alan will be remembered by his colleagues for his unrivalled ability to analyze legal issues across a broad range of disciplines as well as for his superb drafting skills. He was also a phenomenal mentor and teacher to many of us who were lucky enough to work with him.

Alan will be remembered by his friends for his acute appreciation of music, such that he would turn off his forced-air furnace in the dead of winter to avoid interference with the purity of sound, for his stunning photographs taken while trekking in the Himalayas or scuba diving off the Philippines, for his refusal to travel to hearings without his exercise bicycle, for his love of travel in India, for his terrifying driving skills, for his quiet modesty and shy smile.

He will be missed.

Valerie Hughes, John E. Read Medal Recipient 2016

Mark Jewett, CCIL President (2008-2010)

Donald McRae, CCIL President (1990-1992)

Le Canada a perdu un de ses plus brillants praticiens du droit international. Alan Willis, lauréat du Prix du CCDI pour le juriste du secteur public en 2016, est décédé le 18 août au terme d’une brève maladie. Nous ne vous en voudrons pas de ne pas le savoir, ni même de ne pas connaître la contribution exceptionnelle de l’homme au droit international. M. Willis ne voulait pas de service commémoratif et a demandé à sa famille de ne mettre que le strict minimum de détails dans sa nécrologie : rien sur sa carrière, ses réalisations ni sa vie remarquable. C’était la quintessence d’Alan. C’était une personne modeste et discrète. Une personne exceptionnelle.

Alan Willis a obtenu un baccalauréat ès arts à l’Université McGill en 1962, et un baccalauréat en droit civil à l’Université Laval, avec distinction, en 1966. Il a intégré le ministère fédéral de la Justice en 1967, et a pris sa retraite en 1998. Pendant la majeure partie de ses 31 ans de carrière dans la fonction publique, il s’est spécialisé en droit constitutionnel et international. Heureusement pour le Canada et pour ceux d’entre nous qui ont travaillé avec lui, il a continué de travailler en tant que praticien indépendant après sa retraite, agissant comme avocat dans des affaires de droit international et donnant de précieux conseils juridiques, même quelques semaines avant sa mort.

M. Willis a joué un rôle important dans la première cause contentieuse du Canada devant la Cour internationale de Justice (CIJ), soit celle sur la frontière maritime du golfe du Maine contre les États-Unis (1984). Bien que le Canada ait engagé une équipe de « superstars » du droit international (dont Ian Brownlie, Derek Bowett, Prosper Weil et Gunther Jaenicke) pour l’aider dans sa cause, M. Willis a été un des principaux architectes de la stratégie juridique du Canada et un des principaux rédacteurs des plaidoiries de l’État. Le Canada a gagné. M. Willis a joué un rôle similaire dans le procès que le Canada a gagné contre la France concernant la délimitation de la frontière maritime au large de Terre-Neuve et des îles françaises de St-Pierre-et-Miquelon (1992). Il a ensuite représenté Terre-Neuve-et-Labrador lorsque la province a gagné contre la Nouvelle-Écosse dans une affaire de frontière maritime fondée sur le droit international (2002). M. Willis a également joué un rôle de premier plan lorsqu’il a plaidé pour le Canada devant la CIJ dans la cause sur la compétence en matière de pêches portée par l’Espagne, dans laquelle les autorités espagnoles soutenaient que le Canada avait violé le droit international en arraisonnant un bateau de pêche espagnol en haute mer. Le Canada a contesté avec succès la compétence de la Cour (1998). M. Willis a également été un des principaux avocats du Canada dans l’affaire de la CIJ sur la licéité de l’emploi de la force concernant des violations présumées de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide intentée par la Serbie-et-Monténégro contre le Canada et neuf autres membres de l’OTAN. Le Canada et ses alliés de l’OTAN ont fait valoir que la question n’était pas du ressort de ce tribunal, et ce dernier leur a donné raison (2004). Lorsqu’on regarde ce bilan, on peut aisément dire qu’Alan Willis, un passionné de baseball, a multiplié les coups de circuit!

M. Willis a également fait sa marque dans le domaine du droit commercial international. À l’époque de l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT), il était rare que des avocats soient consultés à propos des différends du Canada en lien avec cet accord. Les experts en politiques commerciales gardaient jalousement leur territoire. Cependant, les superbes compétences analytiques de M. Willis se sont révélées indispensables dans le cadre d’une contestation liée au GATT concernant une mesure de taxe de vente de l’Ontario. L’Afrique du Sud affirmait que l’exemption de la taxe de vente provinciale de 7 % sur les pièces d’or à la feuille d’érable frappées par la Monnaie royale canadienne violait les obligations du Canada issues du GATT puisqu’elle était discriminatoire à l’endroit du Krugerrand produit en Afrique du Sud (1985), qui ne bénéficiait d’aucune exemption fiscale. S’appuyant sur sa profonde expertise en droit constitutionnel, M. Willis a orchestré une défense convaincante fondée sur la compétence fédérale-provinciale. M. Willis a également mis à profit ses prodigieuses compétences juridiques dans plusieurs autres causes commerciales soumises en vertu des dispositions de l’ALENA relatives au règlement de différends entre États (dont une affaire de gestion de l’offre concernant l’application de droits de douane sur certains produits agricoles, 1996) et au mécanisme de règlement de différends entre investisseurs et États (UPS c. le Canada, concernant de prétendues pratiques anticoncurrentielles et discriminatoires de Postes Canada, 2007). En fait, il était rare que M. Willis ne soit pas appelé à mettre à profit ses conseils et compétences en matière de plaidoyer dans des affaires de droit international.

Bien que nous mettions ici surtout l’accent sur la contribution d’Alan Willis au droit international, nous serions négligents de ne pas mentionner ses réalisations dans le domaine du droit constitutionnel canadien. Deux exemples en disent long : son travail dans le dossier Arbitration en matière des paiements de stabilisation aux provinces en vertu de la Loi sur les arrangements fiscaux entre le gouvernement fédéral et les provinces et sa contribution aux fondements jurisprudentiels de l’article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982 à la lumière de son magistral traité de 1985 témoignent de l’ampleur et de la profondeur de sa palette intellectuelle.
Au-delà du droit, la vie de M. Willis a été tout aussi diversifiée, et ses amis ne cessaient de découvrir chez lui des choses inattendues. Si certains connaissent bien son amour pour l’opéra et savent qu’il s’est rendu à New York quatre week-ends de suite pour assister à L’Anneau du Nibelung de Wagner, ou ont eu le privilège d’entendre (sans nécessairement apprécier) sa savante analyse d’une certaine représentation de La petite renarde rusée de Janáček, d’autres ont été très surpris lorsque, lors d’une virée en voiture depuis Montréal, Alan a montré une salle où, adolescent, il avait passé tous ses vendredis soirs à écouter de la musique western et country. Ses amis connaissaient bien ses destinations exotiques de prédilection : ses randonnées dans l’Himalaya et dans les montagnes du Haraz, au Yémen, et plus tard, ses aventures de plongée sous-marine aux Philippines – nous avions beaucoup de sympathie pour son pauvre agent de voyage continuellement talonné. Alan n’accumulait pas de points de fidélité dans les hôtels de luxe. Il logeait chez les familles avec lesquelles il se liait d’amitié – ce qui était tout naturel, lui qui ne versait jamais dans l’extravagance. Nous n’avons découvert que plus tard qu’il avait acheté à une de ces familles le bateau de pêche dont elle avait si besoin.

Ses collègues se souviendront d’Alan Willis pour sa capacité inégalée d’analyser des questions juridiques dans un large éventail de disciplines, ainsi que pour ses superbes compétences rédactionnelles. Il a également été un mentor et enseignant phénoménal pour beaucoup d’entre nous qui avons eu le privilège de travailler avec lui.

Ses amis se souviendront d’Alan pour sa redoutable appréciation de la musique – il arrêtait le chauffage en plein hiver pour éviter toute interférence avec la pureté du son –, pour ses photos époustouflantes prises lors de randonnées dans l’Himalaya ou de plongées au large des Philippines, pour son refus de se rendre à des audiences sans son vélo d’exercice, pour son amour pour les voyages en Inde, pour ses terrifiantes habiletés en conduite automobile, pour sa modestie tranquille et pour son sourire timide.

Il nous manquera.

Valerie Hughes, Lauréate de la médaille John E. Read 2016

Mark Jewett, président du CCDI (2008-2010)

Donald McRae, président du CCDI (1990-1992)
Contribute | Contribuez