L'UOSSM en deuil : 3 enfants et la mère d'un membre du personnel tués par une frappe aérienne
Paris, le 29 mai 2019 - Le 27 mai, une frappe aérienne sur la zone civile d'Ariha, à Idleb en Syrie, a tué trois enfants et la mère de Fadal Fahham, chauffeur d'une clinique mobile pour l'UOSSM. Les deux filles jumelles (Zain et Sham Fahham) avaient quatre ans et le garçon (Wesam Fahham) avait neuf ans.

L'UOSSM dénonce avec la plus grande fermeté les frappes aériennes ciblées contre des civils. Ces attentats laissent derrière eux des familles en deuil et ôtent la vie à des enfants innocents.
L'UOSSM exige que les auteurs de ces actes soient tenus pour responsables de crimes de guerre immédiatement. Nous exprimons nos plus sincères condoléances à Fadal Fahham et à sa famille pour cette tragédie insensée. Il faut que ces atrocités cessent !

En outre, le 28 mai à 10h40, l'hôpital Dar Al Hikma de Kafranbel, à Idleb, a été ciblé par une frappe aérienne, provoquant sa destruction complète. Aucun blessé ou victime n'a été signalé.

Toujours le 28 mai, à 10h40, le centre de soins de santé communautaire Hazarin de l'UOSSM, à Idleb, a également été touché par une frappe aérienne et complètement détruit. Aucun blessé ou victime n'a été signalé.

Un jour avant, le 27 mai, des frappes aériennes à Idleb ont tué 18 personnes, dont sept enfants et six femmes, et 32 civils ont été grièvement blessés.

Depuis le début de l'offensive, le 28 avril, 265 civils ont été tués et 828 autres blessés. Les rapports de nos équipes sur le terrain indiquent qu'il y a maintenant 400 000 personnes déplacées dans la région depuis le 28 avril. 21 installations médicales ont également été bombardées depuis cette même date et 49 autres ont suspendu leurs activités.

Le Dr Ziad Alissa, président de l'UOSSM France, a déclaré : « J'ai le cœur lourd lorsque je pense à l'immense douleur à laquelle doit faire face Fadal Fahham. En tant que père, je ne peux pas imaginer ce qu’il vit... Perdre ses trois enfants en un claquement de doigts. Quel genre de monde permet cela ? Quels crimes ces enfants ont-ils commis ? Pourquoi cette violence, qu'ont subit également des milliers et des milliers de personnes en Syrie ? Où est la communauté internationale et pourquoi le monde continue-t-il de fermer les yeux sur ces atrocités ? Ces crimes de guerre doivent être arrêtés et les auteurs doivent être tenus pour responsables. J'ai peur lorsque j'imagine ce qui peut encore arriver aux plus de 3,5 millions de civils si rien n'est fait pour arrêter ces attaques ».

Vidéo : clinique de santé communautaire Harazin de l'UOSSM après sa destruction
https://drive.google.com/file/d/1CcrfwBEi0uRblx2jBAMHlSTSTHHZZUSm/view?usp=sharing
Contact Presse :
Jehan Lazrak-Toub, responsable de communication 
07 88 38 95 97
j.lazraktoub@uossm.fr