Nouvelles et mises à jour de février
Budget 2018 : des fonds consacrés à l'amélioration des services frontaliers et de contrôle de la sécurité
 
Le Conseil des aéroports du Canada (CAC) a accueilli favorablement l'allocation, par le gouvernement fédéral, d'un financement additionnel de 236 millions de dollars destiné au contrôle de la sécurité dans les aéroports. Ces fonds aideront l'Administration canadienne de la sûreté du transport aérien (ACSTA) à gérer le volume croissant de passagers au cours de la prochaine année. Toutefois, les aéroports s'attendent à ce que le temps d'attente pour le contrôle de la sécurité demeure long durant les périodes de fort achalandage, et ce, jusqu'à ce que des réformes permanentes puissent être mises en place en ce qui a trait au financement et à la mise en œuvre du service.
 
« L'ACSTA joue un rôle essentiel pour assurer la sécurité des passagers aériens sur le territoire canadien, a déclaré le président du CAC Daniel-Robert Gooch. Le volume de voyageurs a augmenté de 6,3 pour cent l'an dernier, et ces fonds appuieront les activités de l'ACSTA durant les mois achalandés à venir. Nous sommes de plus en plus conscients au Canada que nous pouvons déplacer les passagers de façon plus efficace, tout en leur offrant une expérience globale plus positive. Nous avons hâte de collaborer avec le gouvernement au cours des prochains mois, afin de mettre en œuvre des réformes permanentes majeures à l'ACSTA. »
 
Alors que le Droit pour la sécurité des passagers du transport aérien, payé par chaque voyageur canadien, sert à couvrir les coûts associés au système canadien de sûreté aérienne, c'est le budget fédéral qui détermine chaque année la portion de cet argent que recevra l'ACSTA pour réaliser son mandat. La société d'État fédérale est responsable du contrôle de la sécurité dans 89 aéroports, y compris les plus grands aéroports commerciaux du Can
Daniel-Robert Gooch
ada.
 
Une approche plus flexible pour financer le service s'avère nécessaire, afin que l'ACSTA puisse offrir un service amélioré dans un contexte de f
orte croissance du trafic aérien et d'une menace à la sécurité en constante évolution. Les aéroports et les principaux transporteurs aériens du Canada ont soumis au ministre des Trans
ports Marc Garneau une recommandation, qui permettrait d'assurer le contrôle de 95 pour cent des passagers partant du Canada dans les huit plus grands aéroports en moins de 10 minutes, voire plus rapidement pour les passagers en correspondance. Aussi, aucun passager ne se verrait imposer une attente de plus de 20 minutes.

Financement des services frontaliers
 
L'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) est un autre important partenaire des aéroports du Canada. Le budget de 2018 accorde à l'ASFC 85 millions de dollars en financement additionnel pour l'exercice 2018-2019, afin de lui permettre de poursuivre ses activités selon son mandat. Ce montant s'ajoute à une somme de 173,2 millions de dollars sur cinq ans, visant à aider le gouvernement à gérer la migration clandestine à la frontière.
 
« Au cours de la dernière année, les aéroports du Canada ont connu une croissance considérable au chapitre du trafic international, croissance qui atteint les deux chiffres dans certains marchés, a ajouté M. Gooch. L'ASFC a collaboré étroitement avec les aéroports pour gérer le volume accru de voyageurs, notamment sous forme d'investissements conjoints dans l'installation de comptoirs et l'amélioration du déplacement des voyageurs, permettant ainsi d'améliorer l'expérience globale de voyage. Ces fonds viendront aider l'ASFC et les aéroports à poursuivre cet important travail. »
 
Le budget alloue également 81,4 millions de dollars sur cinq ans - et 14 millions de dollars par année par la suite - pour aider l'ASFC, Sécurité publique Canada et Transports Canada à améliorer le Programme de protection des passagers.

PortsToronto publie son Rapport sur la durabilité 2017
 
La troisième édition annuelle du Rapport sur la durabilité de PortsToronto, publiée le 1er mars 2018 et couvrant l'année 2017, comporte une série de renseignements et données sur les pratiques durables, les investissements et les diverses initiatives visant à protéger l'environnement, soutenir la collectivité et stimuler la croissance de l'économie torontoise.
 
« Cette troisième édition de notre rapport maintient le cap sur les importants objectifs que nous avons établis au départ, tout en mettant en relief des améliorations ou approches différentes à envisager afin d'optimiser nos initiatives de durabilité, a dit Geoffrey Wilson, chef de la direction de PortsToronto.
 
D'ajouter celui-ci : « En approchant l'exploitation de nos activités selon un angle de performance économique, d'implication dans la communauté et de protection environnementale, notamment en tenant compte de facteurs tels la gestion du bruit, les émissions de gaz à effet de serre et la gestion des déchets, nous investissons dans l'avenir à long terme de notre organisation, tout en respectant l'environnement et notre communauté. »
 
Les initiatives contenues dans le rapport incluent notamment :  
 
  • La construction d'une enceinte entourant la zone où ont lieu les points fixes au sol, qui amortit le bruit, à l'aéroport Billy Bishop de Toronto.
  • La poursuite de la démarche consistant à opter pour l'électricité 100 % verte pour toutes les opérations, et à utiliser des véhicules hybrides pour les opérations d'entretien.
  • La création de nouveaux espaces verts et d'habitats naturels.
  • Un investissement dans divers organismes, dont Evergreen Brick Works, Lake Ontario Waterkeeper, The Bentway et Ireland Park Foundation.
PortsToronto est propriétaire de l'aéroport Billy Bishop de Toronto, de la Outer Harbour Marina, ainsi que des terminaux 51 et 52 du Port de Toronto, qui offrent des services de transport, de distribution, d'entreposage et de conteneurs aux entreprises.

Le Victoria International Airport dévoile un projet de 19,4 millions $ pour l'expansion de son aérogare 
 
En février dernier, la Victoria Airport Authority (VAA) a annoncé son intention d'investir la somme de 19,4 millions $ au cours des deux prochaines années, afin d'agrandir son salon des départs, situé au niveau inférieur de l'aérogare, et ainsi répondre à la hausse du volume de passagers.


Le projet prévoit entre autres de doubler la surface du salon des passagers, de même que l'ajout de portes d'embarquement, de passerelles d'accès couvertes, de toilettes, de concessions alimentaires et de commerces.  
L'an dernier, l'aéroport a atteint un nouveau record en accueillant 1,93 million de passagers, une hausse de 4,2 pour cent par rapport à 2016.

« L'arrivée d'aéronefs de plus grande taille, qui sont passés des Dash-8 à 30-50 sièges aux Q400, qui en comptent de 76 à 80, le tout jumelé à la hausse du volume de passagers, a justifié la nécessité d'agrandir notre salon des départs situé au niveau inférieur de l'aérogare, a expliqué Geoff Dickson, président et chef de la direction de la Victoria Airport Authority. Non seulement de tels travaux viendront-ils améliorer la sécurité et les services, mais aussi l'expérience globale des passagers dans l'aéroport en offrant davantage de places pour s'asseoir, une meilleure accessibilité et une variété de restaurants et boutiques. »       
Depuis son transfert vers une administration aéroportuaire locale le 1er avril 1997, la VAA a injecté quelque 175 millions $ dans ses installations - tout en étant libre de tout endettement. Une étude d'impact économique publiée récemment situe la contribution économique totale de l'aéroport à 880 millions $.
Les aéroports du sud de l'Ontario s'unissent afin d'optimiser l'accès et les opportunités. Tous les détails ici : 
hub.cacairports.ca
L'aéroport Stanfield de Halifax souligne le Mois du patrimoine africain

Le Halifax Stanfield International Airport, en partenariat avec le Black Cultural Centre of Nova Scotia, a mis sur pied un musée éphémère mettant en valeur l'histoire de l'une des cultures fondatrices de la Nouvelle-Écosse, soit la communauté africaine de la province. Le musée comporte notamment des informations sur les quatre principales migrations des peuples africains dans la province.
 
« C'est un honneur pour nous de nous unir au Black Cultural Centre, dont les réalisations certes inspirantes ont permis de protéger, conserver et promouvoir la riche histoire et culture des Africains de la Nouvelle-Écosse », a dit Joyce Carter, présidente et chef de la direction de la Halifax International Airport Authority.
 
La Nouvelle-Écosse compte plus d'une cinquantaine de communautés historiques africaines dont les origines remontent à plus de 400 ans. La Black Cultural Society for Nova Scotia fut incorporée en 1977 en tant qu'organisme de bienfaisance. En 1983, celle-ci a ouvert le Black Cultural Centre for Nova Scotia, un musée à niveaux multiples axé sur la protection, la promotion et la conservation de l'histoire et la culture des Africains en Nouvelle-Écosse.  
Russell Grosse
 
« La HIAA doit être félicitée pour sa culture d'entreprise et sa volonté de mettre en valeur un aspect important de la Nouvelle-Écosse, pour ne pas dire de l'histoire du Canada, a insisté pour sa part Russell Grosse, directeur général du Black Cultural Centre for Nova Scotia. Les Africains de la Nouvelle-Écosse ont contribué de façon significative à l'histoire et à l'évolution de notre pays, et ce, bien avant la confédération - une contribution qui se poursuit d'ailleurs à ce jour. »
 
La Black Cultural Society for Nova Scotia et le Black Cultural Centre for Nova Scotia constituent des organismes relevant de la province et soutenus par le ministère provincial des Communautés, de la Culture et du Patrimoine.

Destination Canada site Internet
 
Liens Rapides