Newsletter | Bulletin
Spring 2020 | Printemps 2020
Message from the President
How the world has changed since the release of our last newsletter on March 13, 2020! At the time, we could never have imagined how much upheaval was in store for us. In addition to the challenges arising from the pandemic, racism and discrimination became top of mind. After being forced to make some temporary adjustments, we now have to reflect on more fundamental changes to our societies, at the local, national and international levels.

In this context, the theme chosen for the 2020 CCIL conference is as relevant as ever: “International Law in 2020: Fit for Purpose?” It will provide the opportunity to explore new issues, as well as to address long-term challenges related to the environment, human rights, and a variety of other topics.

However, we must do things differently, as is the case in so many areas as of late. The CCIL has decided not to hold an in-person conference in October, but instead to organize a virtual conference series for the fall of 2020. So we are taking advantage of this opportunity to innovate and, we hope, to reach a wider audience than usual because we are no longer limited geographically. As you’ll read further on in this newsletter, we are still going to have two half days of talks on the dates initially planned for the conference, October 29 and 30. On top of that, webinars will be held starting in September.

The CCIL would like to thank all those who submitted proposals for the conference. Many thanks also to the co-chairs, Professors Patrícia Galvão Ferreira and Liz Withsitt, as well as Leeanne Akehurst (Intertask), for their work in transforming our conference into a series of not-to-be-missed virtual events!

This is a perfect time for me to congratulate the three 2020 John Peters Humphrey Fellowship recipients: Christina Beninger, Jessica Joly Hébert and Karinne Lantz. Thanks to the late Professor Humphrey’s generosity, these students will receive well-earned support at a critical time in their academic careers (see profiles).

In this newsletter, Professor Tamar Meshel from the University of Alberta shares some insights from her career in international law. I thank her for her contribution to this feature. You’ll also discover in this newsletter some useful information on upcoming activities, among other things. I encourage you to visit the CCIL website on a regular basis ( www.ccil-ccdi.ca /).

Lastly, I wish to extend a special thanks to the team behind this newsletter, especially Victoria Clark and Silvie Hould (Intertask).

Happy reading! I look forward to exchanging virtually with you in the fall, particularly on October 29 and 30!

Céline Lévesque
CCIL President
Mot de la présidente
Comme le monde a changé depuis la publication de notre dernier bulletin, le 13 mars 2020! Il était impossible alors d’imaginer les nombreux bouleversements qui nous attendaient. À des défis découlant de la pandémie se sont ajoutés ceux liés au racisme et à la discrimination. Après avoir dû procéder à des aménagements temporaires, nous sommes dorénavant appelés à réfléchir à des transformations plus fondamentales de nos sociétés, à l’échelle locale, nationale et internationale.

Dans ce contexte, le thème qui avait été choisi pour le congrès du CCDI de 2020 n’a aucunement perdu de sa pertinence : « Le droit international en 2020 est-il à la hauteur de la situation? ». Il nous permettra d’explorer des problématiques nouvelles, mais aussi de nous attaquer à des défis au long cours liés notamment au climat, aux droits de la personne, et à une foule d’autres sujets.

Toutefois, nous devrons le faire autrement, comme bien des choses ces jours-ci. Le CCDI a en effet pris la décision de ne pas tenir de congrès en personne au mois d’octobre, mais plutôt d’organiser une série de conférences virtuelles au cours de l’automne 2020. Nous allons ainsi profiter de cette occasion pour innover et, nous l’espérons, rejoindre un auditoire plus large qu’à l’habitude, puisque nous ne sommes plus limités par la géographie. Comme vous pourrez le lire plus loin dans ce bulletin, nous allons tout de même tenir deux demi-journées de conférences aux dates initialement prévues pour le congrès, soit les 29 et 30 octobre. De plus, des webinaires se tiendront dès septembre.

Le CCDI tient à remercier tous ceux et celles qui ont soumis des propositions pour le congrès. Merci aussi aux coprésidentes, les professeures Patrícia Galvão Ferreira et Liz Withsitt, ainsi qu’à Leeanne Akehurst (Intertask) pour leurs efforts afin de transformer notre congrès et d’en faire une série d’activités virtuelles à ne pas manquer!

Je profite de ce bulletin pour féliciter les trois lauréates de la bourse John-Peters-Humphrey de l’année 2020 : Christina Beninger, Jessica Joly Hébert et Karinne Lantz. Grâce à la générosité de feu le professeur Humphrey, ces étudiantes recevront un appui bien mérité à un moment charnière de leur cheminement universitaire (voir les profils).

Ce bulletin présente aussi le témoignage de la professeure Tamar Meshel de l’Université de l’Alberta, qui saura en inspirer plus d’un. Je la remercie d’avoir contribué à cette rubrique concernant les carrières en droit international. En outre, vous trouverez dans ce bulletin des renseignements utiles concernant des activités à venir et autres. Je vous invite par ailleurs à consulter régulièrement le site Internet du CCDI ( https://www.ccil-ccdi.com/).

Enfin, un grand merci à l’équipe qui a préparé ce bulletin, et en particulier à Victoria Clark et Silvie Hould (Intertask).

Bonne lecture et au plaisir d’échanger virtuellement avec vous durant l’automne, et en particulier les 29 et 30 octobre prochain!


Céline Lévesque
Présidente du CCDI
49th Annual Conference of the CCIL
49e Congrès annuel du CCDI
CCIL Fall 2020 Virtual Conference Series:
International Law in 2020: Fit for Purpose?
The conference organizing committee is pleased to announce its plans for an exciting series of virtual events starting in September 2020. In collaboration with its many partners, including the Canadian Red Cross, the Société française pour le droit international, the Société québécoise de droit international, the Canadian Partnership for International Justice (CPIJ), the Canadian Law Association (ILA-Canada) and others, the CCIL will offer four individual webinars from September to November as well as two half-days of conference taking place on October 29th (afternoon) and 30th (morning).

The topics will cover current international law issues related to the pandemic, as well as many other challenges faced by our community under the theme: International Law in 2020: Fit for Purpose? Amongst others, these will include discussions of human rights during a pandemic, the Nevsun Supreme Court of Canada decision, TWAIL perspectives on the purposes of international law, comparative perspectives on the implementation of the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples, WTO and ISDS reform as well as how international legal systems are dealing with climate change. We are also grateful to the Legal Adviser’s Office of Global Affairs Canada for agreeing to participate in this year’s innovative format, and we look forward to their panel discussion.

We will announce our opening and closing keynote speakers for the October 29-30 focus days as soon as possible.

In addition, in the afternoon of October 30th, we will hold our traditional international law career panel for students. In November, we will also host three workshops for selected graduate students and junior scholars who have made paper proposals for the conference. These virtual workshops will provide an opportunity for senior scholars to provide feedback to the junior scholars on their research projects.

We are excited about the opportunity to exchange with our members in a new way and look forward to attracting new voices to the CCIL.

Stay tuned for more details on the CCIL website as we continue to finalize the programme.


The 2020 organizing committee
Série de conférences virtuelles de l’automne 2020 du CCDI :
Le droit international en 2020 est-il à la hauteur de la situation?
Le comité organisateur du congrès est heureux d’annoncer ses plans visant une stimulante série de conférences virtuelles débutant dès septembre 2020. En collaboration avec ses nombreux partenaires, dont la Croix-Rouge canadienne, la Société française pour le droit international, la Société québécoise de droit international, le Partenariat canadien pour la justice internationale (CPIJ), l'Association de droit international (ILA-Canada) et d’autres, le CCDI présentera quatre webinaires distincts de septembre à novembre, ainsi que deux demi-journées de conférences qui auront lieu le 29 octobre, en après-midi, et le 30 octobre, en matinée.

Les sujets abordés seront en lien avec les enjeux de droit international courants entourant la pandémie, et les nombreux autres défis auxquels est confrontée notre communauté, le tout sous le thème suivant : « Le droit international en 2020 est-il à la hauteur de la situation? » Sont notamment prévues des discussions sur les droits de la personne en temps de pandémie, sur la décision de la Cour suprême dans l’affaire Nevsun, sur l’objet du droit international selon la perspective « TWAIL », sur les perspectives comparatives de la mise en œuvre de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, sur la réforme l’OMC et des procédures de règlement des différends entre investisseurs et États, et sur la façon dont les systèmes de droit international abordent la question des changements climatiques. Nous sommes reconnaissants envers le bureau du jurisconsulte d’Affaires mondiales Canada pour avoir accepté de participer au format novateur de cette année, et nous sommes impatients d’assister à la discussion de ces panélistes.

Nous annoncerons les noms des conférenciers d’ouverture et de clôture des journées du 29 et du 30 octobre dès que possible.

De plus, nous présenterons notre panel traditionnel sur les carrières en droit international à l’intention des étudiants dans l’après-midi du 30 octobre. En novembre, nous animerons trois ateliers destinés à des étudiants de cycle supérieur et des chercheurs en début de carrière dont les propositions pour le congrès ont été retenues. Ces ateliers virtuels permettront à des professeurs chevronnés d’offrir de la rétroaction à leurs collègues concernant leurs projets de recherche.

Le CCDI est ravi à l’idée de pouvoir échanger avec ses membres d’une toute nouvelle façon, et le comité organisateur est impatient d’accueillir de nouvelles voix au CCDI.

D’autres détails seront communiqués sur le site du CCDI à mesure que nous finaliserons le programme de la série de conférences virtuelles.


Le Comité organisateur 2020
CCIL Scholarships and Awards
Bourses et prix du CCDI
John Peters Humphrey Student Fellowships
Bourses John Peters Humphrey 
Congratulations to the 2020 Recipients!
Félicitations aux lauréates de l'année 2020 !
Christina Beninger
PhD Candidate
University of Cape Town,
South Africa

Candidate au doctorat
Université du Cap,
Afrique du Sud
2020 Humphrey Recipient
Karinne Lantz
PhD Candidate
Dalhousie University

Candidate au doctorat
Université Dalhousie
2020 Humphrey Recipient
Jessica Joly Hébert
PhD Candidate
Université de Paris Nanterre

Candidate au doctorat
Université de Paris Nanterre
CCIL Scholarly Book Award
Prix du livre savant du CCDI
Submission deadline extended to July 10, 2020
To recognize the work of Canadian scholars of international law, CCIL conducts a biannual competition for scholarly books that make a substantial contribution to the international law literature.

Any member of CCIL may submit a book published during the two calendar years prior to the year of the award. Thus, books eligible for the 2020 award will be published in 2018 or 2019.

Date limite est prolongée jusqu'au 10 juillet 2020
Afin de reconnaître le travail des chercheurs canadiens en droit international, le CCDI organise une fois tous les deux ans un concours de livres savants qui apportent une contribution importante à la littérature en droit international.

Tout membre du CCDI peut soumettre un livre publié au cours des deux années civiles précédant l'année du prix. Ainsi, les livres éligibles au prix 2020 seront publiés en 2018 ou 2019.

In Memoriam | En mémoire de

The CCIL would like to pay tribute to these prominent figures in international law whom we recently lost. On behalf of the CCIL we offer our condolences to family and loved ones.

Le CCDI souhaite rendre hommage à ces personnalités du droit international que nous avons récemment perdues. Au nom du CCDI, nous offrons nos condoléances à la famille et aux proches.
Allan Gotlieb
Edward (Ted) Lee
David Petrasek
Online Forum in Honour of David Petrasek | June 24 (9am-11am)
Invitation forwarded by the University of Ottawa Human Rights Research and Education Centre

Join us as we explore global human rights topics with three former United Nations High Commissioners for Human Rights: Mary ROBINSON, Louise ARBOUR and Zeid Ra’ad AL-HUSSEIN, who will discuss human rights in the context of COVID-19 together with independent experts and representatives of civil society. A special video message from current UN High Commissioner for Human Rights, Michelle BACHELET, will set the stage for this discussion.

David PETRASEK passed away on May 12, 2020 from cancer. This Forum is the first of a number of activities envisioned over the coming years as part of an initiative to carry his tremendous legacy forward, all with a focus on empowerment, education, connections, debate and change. Those activities will be supported by the David Petrasek Legacy Fund, which is being launched in conjunction with this Forum.
HUMAN RIGHTS IN COVID-TIMES

Eventbrite - Université d'Ottawa | University of Ottawa presents HUMAN RIGHTS IN COVID-TIMES - Wednesday, 24 June 2020 - Find event and registration information.

Read more
www.eventbrite.ca
Forum en ligne en l'honneur de David Petrasek
Mercredi 24 juin (9 h à 11 h)

LES DROIT DE LA PERSONNE PENDANT LA COVID

Événement en anglais. Invitation transmise par le Centre de recherche et d’enseignement sur les droits de la personne de l'Université
Assistez à une discussion sur des sujets touchant aux droits internationaux de la personne avec trois anciens Hauts-Commissaires des Nations Unies aux droits de l’homme : Mary ROBINSON, Louise ARBOUR et Zeid Ra’ad AL-HUSSEIN. Accompagnés d’experts indépendants et de représentants de la société civile, ils aborderont les droits de la personne dans le contexte de la COVID-19. Une vidéo spéciale de la Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme actuelle, Michelle BACHELET, donnera le coup d’envoi à la discussion.

David PETRASEK est décédé le 12 mai 2020 des suites d'un cancer. Ce forum est la première d'une série d'activités envisagées pour les années à venir dans le cadre d'une initiative visant à perpétuer son formidable héritage, toutes axées sur l'autonomisation, l'éducation, les connexions, le débat et le changement. Ces activités seront soutenues par le Fonds d'héritage David Petrasek, qui est lancé en même temps que ce Forum.

Career Spotlight | Carrières en vedette
International Law Profile | Profil en droit international
Tamar Meshel
Assistant Professor | Professeure adjointe
Faculty of Law, University of Alberta |
Faculté de droit de l'Université de l'Alberta
What is your current job title and what does your role entail?

Assistant Professor, University of Alberta Faculty of Law. I currently teach tort law, corporate law, and securities law, and sit on a variety of committees within and outside the faculty of law.

Can you tell us about other positions that you held prior to this role? 

I articled and worked as an associate in a national law firm in Vancouver, and as Deputy Counsel at the International Chamber of Commerce Court of Arbitration in Paris. While completing my SJD, I was a graduate fellow at the Carter Center in Atlanta, a research fellow at the Max Planck Institute in Luxembourg, and a teaching fellow at the Schulich School of Law at Dalhousie University in Halifax, Canada.

How did you become interested in international law? Did you always plan to pursue a career in this area?

I was always interested in international relations and politics, but my main interest in law was originally corporate-commercial. I was first introduced to international law when I took a class in international commercial arbitration during my JD degree, and fell in love with the field. From there I quickly became interested in public international law issues, and specifically interstate dispute resolution and the use of arbitration to resolve territorial and water disputes between states. In my doctoral studies I combined these interests, writing on the use of international water law principles in the resolution of transboundary freshwater disputes.

What are the most rewarding and most challenging aspects of being in this role? 

Being an academic is rewarding in so many ways. First, it combines my love for teaching and engaging with students, and my passion for research and writing. I also have the opportunity to teach certain areas of the law and research others, which allows me to explore interesting linkages and ideas. There is a lot of freedom in choosing topics for research, and a lot of opportunities for presenting your work in conferences and engaging with other academics from around the world. A challenging aspect is that there are only 24 hours in a day and you have to manage your time well in order to stay on top of all your teaching, research, and service responsibilities. This means that you sometimes have to decline interesting opportunities.

Can you tell us about a career highlight thus far? (e.g. a publication, litigation file, conference, etc.)

The main chapter of my SJD dissertation has recently been published in the Harvard International Law Journal, one of the leading journals in international law. The article discusses the core principles of international water law and their role in interstate freshwater dispute resolution, and advocates for a position that departs from the mainstream scholarship. I put several years of work into this piece and so am very proud that it was featured in the HILJ.

What advice do you have for students and lawyers seeking to pursue a career in international law? 

Keep an open mind and be creative because opportunities in international law usually do not arise from the traditional path of domestic law firm practice, at least not in Canada. Consider doing an internship or fellowship of some kind if this is feasible, and consider whether you are able and willing to spend time abroad. Try to attend conferences where possible (even virtually) and network with people. If you know someone in the field who could connect you with others, don’t be shy! Finally, think about what specific area of international law you are interested in. International law is diverse, and career opportunities differ greatly between, for instance, international arbitration, international criminal law, and international human rights law.
Quel est le titre de votre poste actuel et en quoi consiste votre travail?

Je suis professeure adjointe à la faculté de droit de l’Université de l’Alberta. J’enseigne actuellement le droit de la responsabilité civile, le droit corporatif et le droit des valeurs mobilières, et je siège à divers comités au sein et hors de ma faculté.

Parlez-nous des postes que vous avez occupés auparavant.

J’ai fait mon stage et travaillé comme associée dans un cabinet de droit national à Vancouver, et comme conseillère juridique adjointe à la Cour d’arbitrage de la Chambre de commerce internationale, à Paris. Pendant que je terminais mon doctorat en sciences juridiques, j’ai été boursière d’études supérieures au Centre Carter à Atlanta, chercheuse à l’Institut Max Planck au Luxembourg, et adjointe à l’enseignement à l’École de droit Schulich de l’Université Dalhousie à Halifax, en Nouvelle-Écosse.

Comment en êtes-vous arrivée à vous intéresser au droit international? Avez-vous toujours eu l’intention de faire carrière dans ce domaine?

J’ai toujours été intéressée par les relations internationales et la politique, mais mon principal intérêt a d’abord été le droit corporatif et commercial. J’ai été initiée au droit international lorsque j’ai suivi un cours sur l’arbitrage commercial international, pendant mon doctorat, et je suis tombée en amour avec ce domaine. De là, je me suis rapidement intéressée aux enjeux de droit international public, et plus particulièrement à la résolution de conflits entre États et au recours à l’arbitrage pour résoudre des litiges interétatiques relatifs aux territoires et à l’eau. J’ai donc étudié ces sujets pendant mon doctorat, ayant rédigé des textes sur l’application des principes du droit international de l’eau dans la résolution de conflits transfrontaliers visant l’eau douce.

Quels sont les aspects les plus gratifiants et les plus difficiles de votre poste?

Être une universitaire est gratifiant à bien des égards. D’abord, ce travail combine mon amour pour l’enseignement et pour les interactions avec les étudiants, et ma passion pour la recherche et la rédaction. J’ai également la possibilité d’enseigner certains domaines du droit et de faire de la recherche dans d’autres, ce qui me permet d’explorer des idées et des liens fort intéressants. Je bénéficie de beaucoup de liberté dans le choix de mes sujets de recherche, et de nombreuses occasions de présenter mes travaux dans des congrès et de discuter avec d’autres universitaires provenant du monde entier. Le défi réside dans le fait qu’il n’y a que 24 heures dans une journée, et qu’il me faut bien gérer mon temps pour remplir habilement toutes mes responsabilités liées à l’enseignement, à la recherche et aux services. Mais cela signifie que je dois parfois décliner des propositions intéressantes.

Parlez-nous d’un point fort de votre carrière jusqu’à présent (p. ex., une publication, un dossier de litige, une conférence, etc.).

Le chapitre principal de ma thèse de doctorat a récemment été publié dans le Harvard International Law Journal (HILJ), une des plus importantes revues spécialisées en droit international. L’article traite des principes fondamentaux du droit international de l’eau et de leur rôle dans la résolution de conflits entre États en matière d’eau douce, et plaide pour une position qui s’éloigne de la doctrine dominante. J’ai consacré plusieurs années de travail à cet article, et je suis très fière qu’il ait été présenté dans le HILJ.

Quels conseils donneriez-vous aux étudiants et aux avocats qui souhaitent faire carrière en droit international?

Gardez l’esprit ouvert et soyez créatifs parce que les occasions à saisir en droit international ne surviennent généralement pas dans le parcours traditionnel de la pratique du droit interne en cabinet, du moins pas au Canada. Considérez l’idée de devenir stagiaire ou boursier si possible, et demandez-vous si vous voudriez et pourriez travailler à l’étranger. Essayez d’assister à des congrès lorsque possible (même virtuellement) et d’élargir vos réseaux. Si vous connaissez quelqu’un dans le domaine qui pourrait vous mettre en contact avec d’autres, ne soyez pas timides! Et enfin, réfléchissez à la branche du droit international qui vous intéresse. Le droit international est varié et les possibilités de carrière sont très nombreuses, comme l’arbitrage international, le droit pénal international et le droit international des droits de la personne, pour ne nommer que celles-là.
Recent Activities | Activités récentes

Jessup Moot Competition Judges' Reception
Concours de plaidoirie Jessup: Réception des juges
CCIL was delighted to co-host with Osgoode Hall Law School, York University, the Judges' Reception at the Canadian Round of the Jessup International Law Moot Court Competition in Toronto on Friday, February 28.

Some 85 international law and legal education minded practitioners, academics, and government lawyers judged students from across Canada. 

The Canadian final rounds matched University of Toronto against University of New Brunswick and University of Ottawa (Common Law Section) against University of Western Ontario. U of T and Western were chosen to represent Canada at the International Round in Washington D.C. We regret very much that they were unable to compete as the finals were cancelled this year.

Congratulations to all the students on their hard work.
Le CCDI a été ravi d'accueillir, conjointement avec la Osgoode Hall Law School, Université York, la réception des juges lors de la ronde canadienne du concours Jessup International Law Moot Court à Toronto le vendredi 28 février.
Quelque 85 praticiens, universitaires et avocats du gouvernement, intéressés par le droit international et l'éducation juridique, ont jugé des étudiants de partout au Canada.

Les rondes finales canadiennes ont opposé l'Université de Toronto contre l'Université du Nouveau-Brunswick et l'Université d'Ottawa (Section de common law) contre l'Université de Western Ontario. L'Université de Toronto et Western ont été choisis pour représenter le Canada dans les épreuves internationales à Washington, D.C. Nous regrettons qu'ils n'aient pas pu s'y rendre car les finales ont été annulées cette année.
Félicitations à tous les étudiants pour leur travail.
GNSIL Debates | Débats du GNSIL
Regional Organisations and COVID-19 Debate (GNSIL)
The Global Network of Societies for International Law is one of the forums where the pandemic crisis the world is undergoing will be discussed.

On May 27th, 2020, a debate was organised by the French Society of International Law (Hélène de Pooter) and speakers from the African Academy of International Law Practice, the Indonesian Society of International Law, the ILA Brazil, the European Society of International Law, the French Society of International Law, the Portuguese Society of International Law and the ILA Global Health Law Committee (see attached document for more details and speakers).

In case you missed it, view meeting on GNSIL YouTube page.

A second debate will be organised by the Club de droit international. Further details to come.
Débat sur les organisations internationales régionales et le COVID-19. (GNSIL)
Le Réseau mondial des sociétés pour le droit international (GNSIL) propose aux internationalistes qui le souhaitent de s'entretenir de la crise du Coronavirus et de ses conséquences.

Le premier débat eu lieu le 27 mai, 2020 et portais sur les organisations internationales régionales et le Covid-19. Organisé par Hélène de Pooter (Sfdi), il réunira des intervenants de l'African Academy of Internaitonal Law Practice, de l'Indonesian Society of International Law, de la branche brésilienne de l'ILA, de la Société européenne pour le droit international et du Global Health Law Committee de l'ILA (plus de détails dans le programme ci-joint).

Veuillez visionner la réunion sur la chaîne YouTube du Réseau mondial.

Un second débat sera organisé par le Club de droit international avant l'été. Détails à venir.
Upcoming Events | Événements à venir

The 2020 Virtual Annual Meeting

Registration ends June 23, 5pm EDT June 25-26, 2020 We look forward to welcoming you to the Society's first-ever Virtual Annual Meeting, which will offer an exciting array of substantive sessions that explore the many dimensions of our theme,...

Read more
www.asil.org
Congrès annuel "Virtuel" de l'ASIL : 25-26 juin 2020
Le American Society of International Law (ASIL) tiendra pour la première fois son assemblée annuelle virtuellement. L'assemblée offrira un éventail passionnant de sessions de formation continue qui explorent les nombreuses dimensions de notre thème, "La promesse du droit international" , ainsi que des événements spéciaux et des activités interactives expressément conçu pour la réunion annuelle virtuelle.

Les frais d'inscription sont réduits de 25% et les étudiants participent gratuitement.

www.asil.org
CCIL International Collaborations
Collaborations internationales du CCDI
Publication from the Four Societies 2018 Meeting in Tokyo
The 2018 Conference in Tokyo examined changing roles of actors in international law and their impact on relevant theories.

The edited volume from the 2018 Tokyo meeting will be published in the Fall of 2020: Karen N. Scott, Kathleen Claussen, Charles-Emmanuel Côté and Atsuko Kanehara (eds), Changing Actors in International Law (Leiden, Brill).

The CCIL would like to congratulate the Canadian editors and contributors Charles-Emmanuel (Université Laval), Miriam Cohen (Université Montréal), Ryan Gauthier (Thompson River University), Jason MacLean (University of Saskatchewan) and Zhannah Voukievitch (University of Ottawa).
Publication de la réunion des Quatres Sociétés 2018 à Tokyo
Le congrès de 2018 tenu à Tokyo a porté sur les rôles changeants des acteurs du droit international et leurs répercussions sur les théories afférentes.

Le volume de ce congrès sera publié en automne 2020 : Karen N. Scott, Kathleen Claussen, Charles-Emmanuel Côté et Atsuko Kanehara (éds.), Changing Actors in International Law (Éditions Brill, Leyde).

Le CCDI aimerait féliciter le directeur et les autres canadiens suivants : Charles-Emmanuel Côté (Université Laval), Miriam Cohen (Université de Montréal), Ryan Gauthier (Université Thompson River), Jason MacLean (University of Saskatchewan) et Zhannah Voukitchevitch (University of Ottawa).
2018 Four Societies CCIL Delegates
Délégué(s) de la réunion de 2018 :

From L-R: Jason MacLean; Armand de Mestral, CM; Charles-Emmanuel Côté; Miriam Cohen; Sabaa Kahn (from ASIL); Zhannah Voukitchevitch; Ryan Gauthier
Publications and Resources
Publications et ressources
Canada’s Regulation of Weapons Exports: “Under-implementation” of the Arms Trade Treaty
By: Justin Mohammed

On 17 September 2019, Canada acceded to the United Nations Arms Trade Treaty (ATT), an international convention that has two objectives: establishing the highest possible common international standards in the regulation of international trade in conventional arms, and the prevention and eradication of the illicit trade and diversion of conventional arms. At the time of writing, the ATT has 106 state parties and 130 signatories.

Canada’s decision to ratify the treaty is an undoubtedly important step in contributing to its objective of better regulating the trade in conventional weapons. However, there are several important ways in which Canada’s implementing legislation, Bill C-47, falls short of the treaty’s requirements. The purpose of this article is to describe some areas of “under-implementation” and provide recommendations as to the ways in which these gaps may be addressed.


About the Author:
Justin Mohammed is the Human Rights Law and Policy Campaigner at Amnesty International Canada. He formerly served as a Human Rights Officer and Special Assistant to the Director of the Human Rights and Protection Division of MINUSMA. He is a graduate of the University of Ottawa (LL.B., 2013) and Carleton University (B.PAPM., 2009, M.A., 2013). 
La réglementation canadienne sur les exportations d’armes : la « sous-mise en oeuvre » du Traité sur le commerce des armes  
Un article de Justin Mohammed

Le 17 septembre 2019, le Canada a adhéré au Traité sur le commerce des armes (TCA) des Nations Unies, une convention internationale visant deux objectifs : instituer les normes communes les plus strictes possible aux fins de réglementer ou d’améliorer la réglementation du commerce international d’armes classiques, et prévenir et éliminer le commerce illicite d’armes classiques et empêcher leur détournement. Au moment de la rédaction, le TCA comptait 106 États parties et 130 signataires.

La décision du Canada de ratifier le traité est incontestablement un pas important vers l’atteinte de son objectif de mieux réglementer le commerce d’armes conventionnelles. Toutefois, le projet de loi C 47, soit la loi canadienne de mise en vigueur du traité, n’est pas à la hauteur des exigences du TCA, et ce, à plusieurs égards. Cet article décrit certains des domaines de « sous-exécution », et formule des recommandations quant à la façon de combler les lacunes.

Lire l'article intégral (en anglais seulement)

À propos l’auteur :
Justin Mohammed est responsable des campagnes et politiques en droits humains à Amnistie internationale Canada. Il a déjà occupé le poste d’agent des droits de la personne et d’adjoint spécial à la direction de la division des droits de l’homme et de la protection de la MINUSMA. Il est diplômé de l’Université d’Ottawa (LL.B., 2013) et de l’Université Carleton (B.A.P.G.P., 2009, et M.A., 2013).
Discounted rate for CCIL members

The Yearbook, published online and in hard copy by Cambridge University Press and available in nearly 9,000 institutional libraries worldwide, is Canada's leading peer-reviewed international legal journal.

Individual CCIL members qualify for deeply discounted pricing of US $66 per volume/year on print subscriptions (compared to regular pricing of US$285 per volume/year).

Members wishing to take advantage of this discounted pricing should write to journals@cambridge.org, citing their CCIL membership.
Prix réduit pour les membres du CCDI

Publié en ligne et en format papier par Cambridge University Press, et disponible dans près de 9,000 bibliothèques institutionnelles à travers le monde, l'Annuaire est la principale revue juridique internationale canadienne à comité de lecture.

Les membres individuels de la CCDI ont droit à une réduction de prix, soit 66 $US par volume/année sur les abonnements imprimés (par rapport à un prix régulier de 285 $ US par volume/année).

Les membres souhaitant profiter de ce prix réduit doivent écrire à journals@cambridge.org, en citant leur adhésion au CCDI.
Opportunities in International Law
Opportunités en droit international
Call for Papers | Appel aux communications
Trade, Law and Development Call for Submissions

Deadline: August 15, 2020

The Board of Editors of Trade, Law and Development is pleased to invite original, unpublished manuscripts for publication in the Winter ’20 Issue of the Journal (Vol. 12, No. 2) in the form of ‘Articles’, ‘Notes’, ‘Comments’ and ‘Book Reviews’. Manuscripts received by August 15th, 2020, pertaining to any area within the purview of international economic law will be reviewed for publication in the Winter ’20 issue.


The Utrecht Centre for Global Challenges Call for Papers: Ethical Governance of Surveillance Technologies in Times of Crisis: Global Challenges and Divergent Perspectives

Deadline: July 15, 2020

The Utrecht Centre for Global Challenges invites submissions for this interdisciplinary online workshop examining how crises and crisis-narratives interact with the ongoing transformation in the governance of surveillance technologies in different parts of the world. This event is organised by the research platform on Disrupting Technological Innovation? Towards an Ethical and Legal Framework within the Utrecht Centre for Global Challenges.

CPIJ Opportunities | Opportunités PCJI
Call for Applications:
Assembly of State Parties to the International Criminal Court

Deadline: Sept 1, 2020

The recruitment process of CPIJ's delegation at the 19th Assembly of State Parties to the International Criminal Court has now started. This major annual event is an outstanding opportunity for students to deepen their knowledge of the most important issues pertaining to international justice, while living a real experience of judicial diplomacy. Delegates will benefit from an insightful training until the event in December.

The deadline for students to apply to be part of CPIJ’s delegation has been moved to September 1, 2020.

Appel à candidatures:
Assemblée des États Parties à la Cour pénale internationale

Date limite : 1er sept 2020

Le recrutement de la délégation du PCJI à la 19e Assemblée des États Parties à la Cour pénale internationale a maintenant débuté. Pour les étudiant.e.s, cet événement annuel majeur constitue une opportunité exceptionnelle d’approfondir leurs connaissances en ce qui a trait aux enjeux des plus importants en lien avec la justice internationale, tout en vivant une expérience concrète de diplomatie judiciaire. Les délégués bénéficieront d'une formation approfondie jusqu'en décembre.

Les étudiant(e)s souhaitant faire partie de la délégation du PCJI pourront maintenant soumettre leur candidature jusqu’au 1 er septembre 2020.

COVID-19 and student mobility: Funding available

Deadline : August 1, 2020

 TConsidering the current COVID-19 pandemic and the travel restrictions it entails, the CPIJ has temporarily adapted its criteria related to the funding of student mobility. Hence, until travel restrictions are lifted, students who want to undertake online activities taking place outside their own institution will be eligible to receive funding.

Le COVID-19 et la mobilité étudiante : financement disponible

Date limite : 1er août 2020

 Considérant les restrictions aux déplacements actuellement en vigueur dans le contexte de la pandémie de COVID-19, le PCJI a temporairement adapté ses critères reliés au financement de la mobilité étudiante. Ainsi, d’ici à ce que les restrictions à la mobilité soient levées, les étudiants qui souhaitent prendre part à des activités en ligne offertes par une autre institution que leur institution d’origine seront admissibles à recevoir du financement.

European Journal of International Law Blog on COVID-19
Blogue du European Journal of International Law sur COVID-19.