Troisième jour d’horreur à la Ghouta : les civils se meurent au milieu des décombres, au désespoir des ONG
Paris, le 22/02/2018 - Le nombre de morts continue d'augmenter, tout comme les bombardements incessants sur la Ghouta orientale. 70 civils ont été tués hier et plus de 296 autres blessés. Au total, 13 hôpitaux et établissements humanitaires ont été pris pour cible, laissant des milliers de personnes sans accès aux soins, devant faire face à une catastrophe humanitaire.

Une infirmière a été tuée dans les attaques. Depuis dimanche, 22 hôpitaux ont été mis hors service
Hier, les installations médicales suivantes ont été attaquées :

1. Centre médical Al Rahma
2. Hôpital Sakba (pour la deuxième fois)
3. Beyt Sawa PHC
4. Service ambulancier Mediara
5. Hôpital Al Yaman
6. Hôpital de Jesrin
7. Hôpital Dar Al-Shifaa (pour la deuxième fois)
8. Centre Obstétrique de Douma

Les installations humanitaires suivantes ont également été attaquées :

1. Bureau SDI (Syrian NGO Alliance)
2. Bureau d'Alseeraj
3. Centre SARC (Syrian Arab Red Crescent )
4. Centre des Casques Blancs de Saqba
5. Centre des Casques Blancs de Jesrin

Dr. Ziad Alissa, Président de l’UOSSM France a déclaré : « L’état de dévastation dans lequel se trouve la Ghouta est indescriptible. En plus du nombre inimaginable de civils tués et blessés, il n’y a pratiquement plus d'installations médicales en fonctionnement. La crise humanitaire atteint des sommets. La communauté internationale doit agir MAINTENANT avant qu'il ne soit trop tard. Ces civils doivent être protégés, un couloir humanitaire doit être ouvert et un accès à des médicaments et à des soins médicaux doit être garanti. Les attaques ciblées contre les installations médicales doivent cesser. »

Il ajoute : « C'est le troisième jour de massacre à la Ghouta et c’est honteux. Dans les conflits militaires, morts et blessés méritent normalement respect, protection et soins, les droits de l’ONU les garantissent. Or les habitants de la Ghouta meurent dans l’indignité. Leurs écoles, leurs marchés sont détruits, ils meurent dans la souffrance et l’indifférence. Les femmes, les enfants et les hommes de la Ghouta meurent au milieu des décombres. Il faut que l’aide humanitaire ait un accès immédiat ! C’est une catastrophe ! »
Pour soutenir les habitants de la Ghouta, l'UOSSM appelle à :

1) Rejoindre la mobilisation mondiale sur les réseaux sociaux en utilisant les hashtags #BreakGhoutaSeige #UrgenceGhouta et #SaveEastGhouta.

2) Interpeller les dirigeants politiques locaux et nationaux pour demander de prendre des mesures pour mettre fin au siège et ouvrir des couloirs d'aides dans la Ghouta orientale pour : l'aide médicale, l'approvisionnement en vivres et l'évacuation médicale immédiate de plus de 600 patients en état critique.

3) Organiser des événements / mobilisations au nom des habitants de la Ghouta orientale.

L’UOSSM, Union des Organisations de Secours et Soins Médicaux est une organisation humanitaire médicale française et internationale dont la mission est d’apporter secours et soins médicaux aux populations affectées par le conflit en Syrie, sans aucune considération pour leur nationalité, leur origine ethnique, leur sexe, leur religion ou leur affiliation politique. Crée en 2012, l’UOSSM a déployé son action autour de cinq programmes majeurs en Syrie pour accompagner et soutenir le personnel soignant, les victimes civiles et les malades au quotidien : la construction et le soutien d’hôpitaux, la mise en place de centres de soins primaires, de centres de soutien psychologique et de santé mentale, la formation du personnel médical et la recherche médicale. L’UOSSM soutient plus de 120 hôpitaux et plus de 200 centres de santé à travers toute la Syrie. 
Contact Presse :
Jehan Lazrak-Toub, responsable de communication 
07 88 38 95 97
09 77 19 77 51
responsable.communication@uossm.fr